Monsieur le président
Je te fais une lettre
Que tu liras sûrement
Si t'es pas en goguette
Je viens d't'apercevoir
Dans la cour d'l'Elysée
En train de dire aurevoir
Au grand des Arts Premiers
J'ose pas imaginer
Ce que tu nous prépares
Je devrais me méfier
Mais c'est déjà trop tard
Maint'nant qu't'es investi
Je cherche plus les causes
Je fais plus de chichi
Faut qu'tu changes les choses
Faut qu'tu changes les choses
 
J'te savonne pas la planche
Je te souhaite le meilleur
Je retrousse mêm' mes manches
Tu vois je suis beau joueur
Mais, fais gaffe à bien faire
J'ai des copains costauds
Et beaucoup plus primaires
Que tous les intellos
J'ai mon "modem" en veille
Il te ratera pas
Si tu tombes en sommeil
Face à c'qui ne va pas
Mon pays, j'le veux grand
Il faut que tu t'y mettes
Qu'il devienne géant
Sans ajout d'talonettes
Sans ajout d'talonettes

Monsieur le président
Je suis un électeur
Qui n'est pas de ton camp
Et pas de ta couleur
Je t'appelle plus Sarko
J'ai l'respect d'la fonction
Mais m'en demande pas trop
A ta femme je dis non
J'irai pas dans la rue
Pour gueuler contre toi
Mais ne crois pas non plus
Que j'vais croiser les bras

 J'ai un blog sous les doigts
Et je sais m'en servir
Si j'm'associe à moi

Je te prédis le pire
Je te prédis le pire

 Alors encore une fois
T'as pas droit à l'erreur
J'fais semblant d'croire en toi

Et c'est pas d'gaité d'coeur
T'as plus qu'a pas t'en faire
Et construire tranquilos
Tes centrales nucléaire
Tes sous-marins craignos
Mais va pas t'imaginer
Monsieur le président
Que j'suis manipulé
Par les rouges ou les blancs
Je n'suis qu'un militant
Du parti des oiseaux
Des baleines, des enfants
De la terre et de l'eau
De la terre et de l'eau

 
Monsieur le président
Si tu trouves qu'Claudio gêne
Envoie-moi simplement
Tous tes G.I.G.N.
Mon tonneau est garé
Devant la Baie des Anges
I suffit d'demander
Le blogueur qui dérange
I suffit de vider
Le tonneau dans la fange

Merci à Boris Vian et à Renaud, dont j'ai conservé quelques vers (en italiques)