Il s'agit ici de faire suite à l'article d'hier, dans lequel je présentais une vision du couple avec un "Journal conjugal" plutôt pessimiste.
Et j'avais promis une autre vision aujourd'hui intitulé de façon prétentieuse, je l'avoue, "La Bibliothèque de la Pléiade".

Loin de moi, l'idée de faire le malin ou celui qui sait, alors, disons que je vais développer ma façon de voir, aujourd'hui, en étant bien conscient qu'elle ne convient qu'à mon cadre de référence personnel. Ouf ! J'ai pris les devants. Maintenant, je peux me lâcher.

Comme on dit que, malgré ses imperfections, on ne connait pas de meilleur système que la démocratie, je ne connais pas de meilleur équilibre que le couple. Et, contrairement à ce qu'on entend à longueur de temps, il peut être vécu dans la joie et le bonheur sans qu'il le soit dans la béatitude et la niaiserie, même après de longues années.

Comme pour beaucoup d'autres domaines, c'est l'extérieur de soi, ou du couple, qui perturbe. Au lieu de chercher à régler une à une toutes les "agressions" extérieures, il suffit de programmer la machine sur l'équilibre intérieur et apprendre à ne pas être affecté ou dirigé, ou manipulé, ou sollicité, ou déséquilibré par autre chose.

Ma vision, c'est celle du couple fusionnel, je l'assume et tolère toutes les autres visions. Je ne l'oppose nullement aux individualités le composant. C'est le mouvement, la réflexion et la communication permanente qui sont censés faire évoluer les deux pôles personnellement et collectivement. Par conséquent, la liberté ne s'oppose pas à la frustration.

Le temps n'est pas l'ennemi de la passion.

Il vaut mieux être complémentaires que semblables pour créer du mouvement et de l'apport réciproque.

Bien évidemment, il n'est pas question ici de mariage ou pas, ni de sexes différents ou pas, mais de vie commune (je me permets de préciser que je n'appelle pas un couple, des personnes qui ne vivent pas ensemble, trop fastoche)

Les problèmes existent, on les prend en charge et on les règle en 1 minute ou en 10 ans, mais on les règle ensemble.

J'ai peu de temps alors je bâcle un peu, mais, je suis conscient que pour certains cette vision est idéaliste et pour d'autres passéiste. Tant pis.

Sans amour, tout ça ne marche pas. Mais, combien de couples ne marchent pas avec amour, pourtant ?

Il faut gérer. (Je sais, vous venez de penser, c'est horrible). Gérer n'ôte aucune passion. Au contraire, on élimine les soucis d'intendance et d'organisation plus vite et on va à l'essentiel, l'amour, l'âme, l'esprit, le coeurps. Mince, pas le temps...

On peut sprinter tout au long d'un marathon.

Bon, je compte sur les commentaires pour remettre de l'ordre ou préciser des choses. Si c'est trop confus, zapper.