Texte de Léo Ferré consacré à Peille

"On regarderait bien dans les yeux des fenêtres

Ont compterait les pas si les pas se comptaient

Pour savoir ce qu’il y a au fond de ce village

A Peille je m’en vais ce soir tourner la page

D’un livre qui se mange à sept ou huit copains

On y rencontre l’Art de vivre et d’être bien

A Peille je m’en vais ce soir avec Marie

On regarderait bien dans les yeux de nana

Pour y lire amoureux la table des matières

Qu’elle t’apporte comme un bouquet de lilas

Mais de ceux qui se mangent et là elle exagère

«  Voulez-vous des farcis ? Des raviolis d’étoiles ?

«  De cette daube antique où coule la vallée ?

«  Du mouton qui revient de la mer à la voile ?

«  C’était long ! Il en a mis du temps vous savez ? »

À Peille j’ai laissé Mathieu dans la fontaine

À Peille je m’en vais pour laisser mon passé

Chaque fois que j’y passe j’en reprends un morceau

Et l’eau qui l’a gardé me l’a rendu tout frais

Comme d’un souvenir lorsque l’instant paraît

Du fond de ce village où les pierres se parlent

À Peille je m’en vais ce soir, avec marie

Je vous salue Madame avec tous vos amis

Peille Alpes- Maritimes – France"