15 septembre 2007

Les lésions dangereuses (Boris Vian)

Tu l'as donc rencontré Dans un pauvre bistrot Où tu vas le matin très tôt Prendre un petit café Il venait tous les jours Et toi tu as fini Le voyant si triste toujours Par le trouver gentil Et hier soir dans ta maison Tu étais gaie comme un pinson  Ses yeux Qui te plaisaient tant T'avaient caressée D'un regard si tendre Sa bouche Qui te plaisait tant T'avait dit des mots Pleins de sentiments Son cœur Qui te plaisait tant Battait doucement Au rythme des rêves Ses mains Qui te plaisaient tant Etreignaient... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]