Vous vous souvenez cette fois où tout allait bien. Au sommet de la forme que vous étiez.
Une réussite, puis une autre. Une bonne nouvelle, puis une autre.
L'impression de légèreté... Vous voliez... un dessin de Folon... Jonathan le Goëland... un Albatros...
L'air pur à l'état "pur". Un surplus d'oxygène.
Tout semblait tomber du ciel. Du bonheur en branche. Et ça durait.
Vous commenciez à vous y faire et....... patatras

Un petit grain de sable de rien du tout est arrivé.
"ça devait arriver" vous êtes-vous dit, "c'était trop beau"
Puis, un autre grain de sable et... bientôt une plage tout entière.
Alors, tout devint lourd, pesant. Les nuages noirs obligeaient à l'atterrissage, avec crash en option. Les membres endoloris ne voulaient rien entendre. La pensée ? N'en parlons pas, elle végétait. Son seul travail était d'attendre la prochaine catastrophe.
........
Why ? Pourquoi ? Comment passe-t-on du premier état au second, vraiment second ?
Eliminons immédiatement tous les complots extérieurs, les astres et la malédiction.

C'est le tout premier grain de sable qui a tout gâché et notre vigilance qui a fait défaut.

Nous étions dans un état d'excellence que l'on définit comme la conjonction d'une concentration forte et d'une détente totale.

Notre vigilance aurait du se charger instantanément de l'intrus plutôt que de lui laisser donner du pouvoir au doute qui, conforté, a poussé, poussé et prit le pouvoir.

Facile à dire et pas à faire ?
Pas sûr !!! Essayons.
Essayons, nous sommes au premier jour.