20 octobre 2007

Hommes (Robert Desnos)

Hommes de sale caractèreHommes de mes deux mainsHommes du petit matinLa machine tourne aux ordres de DeiblerEt rouages après rouages dans le parfum des percolateurs qui suinte des portes des bars et le parfum des croissants chaudsL'homme qui tâte ses chaussettes durcies par la sueur de la veille et qui les remetEt sa chemise durcie par la sueur de la veilleEt qui la remetEt qui se dit le matin qu'il se débarbouillera le soirEt le soir qu'il se débarbouillera le matinParce qu'il est trop fatigué...Et celui dont les paupières... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]