Cher François,

Je me permets de t’écrire pour accompagner tes désillusions, et de te tutoyer pour te marquer ma fraternité.

Oui, tu comptes une nouvelle défection et celle-ci est de taille, puisqu’il s’agit du plus médiatique d’entre vous.
Certes, il fait ce qu’il veut.
Je ne peux défendre Kouchner et critiquer Cavada.

Mais ce qui m’inquiète un peu plus, c’est cette idée obstinée, que je partage avec toi que ce chemin, disons plus pur pour faire vite, est possible à suivre et ses moyens possibles à mettre en pratique.
Je ne vais pas te rappeler ici, ce que tu connais bien mieux que moi, je veux parler des quolibets aboyés par des faibles allant de naïf à illuminé en passant par idéaliste.

Je me demande simplement cher François, s’il n’est pas temps pour toi de suivre ta vraie voie, d’aller enfin où tu dois aller, d’être enfin ce que tu dois être.
Laisse-les donc avec leurs actions bassement terrestres, tu vaux mieux que ça.

Les grands idéaux ont des limites te répètent les uns et les autres. Et ils s’arrangent, pour se donner raison, à les instaurer, eux-mêmes, ces limites. C’est qu’ils ont peur François, ils ont peur de reconnaitre leur médiocrité, alors, ils mettent la barre à leur hauteur, si l'on peut dire.

Ce qui est amélioré est encore perfectible et ton ambition les dépasse tellement qu’ils ont le vertige à regarder si haut.
Mon avis, c’est qu’ils ne te méritent pas. Change de cour, laisse-les se chamailler.

Tu as fait ce que tu pouvais pour les convaincre et tu les croyais sortis des combats. Ils étaient encore dans la fange. La seule chose qu’ils ont cru c’est que ces élans spirituels, fraternels et humanistes n’étaient qu’une ruse, un moyen de…, alors qu’ils sont le chemin, celui qui leur fait peur.

Foi de Claudiogène, reviens au spirituel, c’est bien plus haut, c’est bien plus beau.

Je sais comme toi, qu’il n’y a pas d’autre voie, mais la masse François, mais la foule François, mais l’orgueil François.
Cultive ton jardin, laboure ton terrain. Ils ne veulent pas savoir.

Continue à parler, continue à leur dire, mais pourquoi vouloir mettre en pratique. Ils ne veulent pas.

Être c'est faire plus encore que faire.

La spiritualité et la politique n'habitent pas au même étage.