24 avril 2008

C'est pas assez

2 plus 2 a demandé la maîtresseTrop facile a pensé l’enfant, c’est pas assez. Alors il a cherché autre chose.Il a suivi la courbe du 2, le coude, la base. Il a recommencé avec le second. Rien. L’enfant n’a rien trouvé.Alors, l’enfant s’est cru bête. Le moins intelligent de tous. Mais a cherché, cherché encore.Quand, au premier rang, quelqu’un a répondu : 4Quelqu’un fut félicité et quelqu’un eut le bon point.C’est pas assez, pensa l’enfant. Expliquez  "Le dormeur du val"... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

22 avril 2008

La tour de France

Cela fait déjà deux semaines que Luis ne dort plus, ou très peu. Il est un peu énervé et chaque jour, le manque de sommeil aidant, il s’énerve encore plus. Il a un mauvais pressentiment. Les Moralès vivent à La Paillade depuis sa construction. Même un peu avant pourrait-on dire, puisque l’immigré Espagnol a fait partie des nombreux ouvriers du bâtiment venus chercher de quoi se nourrir en France.Montpellier, c’était bien. Pas si loin du pays natal et au soleil. Et puis ce serait pour quelques temps... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
15 avril 2008

La chute vertigineuse

Le bâtiment est récent, propre, moderne et fonctionnel. Accueillant même. Des couleurs, de la clarté.Pourtant, ce couple de cinquantenaires y entre à petits pas, inquiet. L’hôtesse d’accueil le dirige vers la salle d’attente. Les dos ne toucheront pas les dossiers des chaises, timides. Au mur, des affichettes de prévention, des listes d’adresses d’organismes, des numéros de téléphone. Au centre des jeux et des livres d’enfants. La salle d’attente est accueillante et glaciale. Gilbert et Patricia attendent que... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
04 avril 2008

La femme du boulanger

La voiture arrêtée sur le bas-côté, à cheval sur l’herbe semble avoir stoppé  en urgence. La portière droite est ouverte et la main gauche d’un jeune homme la retient de l'intérieur.Le jeune homme, c’est Pierre. Il est couché sur la banquette et vomit comme jamais il ne l’a fait. Petit déjeuner, déjeuner et quatre-heures, tout y passe. Tout a commencé une heure plus tôt. Son assistante lui avait pris un rendez-vous  dans une boulangerie au fin fond de la Seine-et-Marne, là où on ne sait pas... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
28 mars 2008

C'est Personne

Compteur bloqué sur 68, son œil, pourtant perçant, regarde le monde, comme avant, en noir et blanc. Dieu des cartésiens, il est athée et n’a foi qu’en ce qui est démontré, éprouvé, écrit, enseigné. Ses excès sont aussi absurdes que ceux d’un intuitif qui refuserait toute analyse. Intellectuel formé aux idées tranchées, formaté par des évènements mouvementés, ses opinions resteront solides comme un pavé et parfois blessantes comme ce pavé. Il doit son assurance à son âge avancé et à sa culture conséquente. Jamais pris... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
21 mars 2008

Selima

(recyclage : déjà présenté en Janvier 2007) Le soleil retombait de nouveau sur les terrasses, grises à cette heure, et Selima sentait le froid pénétrer, traverser le fin et léger tissu qu'elle portait avec amour. Il lui avait été transmis par sa mère qui le tenait de sa grand-mère. Ce bout de chiffon avait voyagé de génération en génération, de soleil en chaleur électrique, de gel en poussière, de lavoir en lave-linge et toujours, il tenait bon. Chargé d'histoire plus que d'utilité, il était vêtement et grand-mère, souvenir... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

12 mars 2008

Le mauvais choix

Julien l'attend depuis longtemps cette semaine de vacances. Les clients l'ont tellement stressé et fatigué pendant les fêtes que le 31 décembre, il s'est endormi avant minuit.Le ski, c'est son truc. Il n'échangerait pas sa semaine de sports d'hiver contre deux mois aux Maldives.Et puis, la solitude à la montagne est plus acceptable que sur la plage, moins visible. Depuis quelques années, il a pris l'habitude de se fondre dans un groupe pour apprendre la vie en société. Il part dans les centres de vacances de l'UCPA. Il se force un... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
29 février 2008

NICE to meet you

La panne de la Grande Roue est un bonheur pour Raymond. Elle intervient au bon moment.Autant Liliane s’inquiète, à cause du groupe qui ne va pas les attendre pense-t-elle, autant Raymond est au ciel. Il jubile. Il est heureux. Au spectacle ! Et quel spectacle !Il ne s’agit pas du Carnaval de Nice bien différent du leur, là-haut, celui de Dunkerque, il s’en fiche. Il ne voit ni la Baie des Anges, ni les piscines sur les toits des hôtels, ni ce tramway flambant neuf qui trace une virgule harmonieuse sur cette belle place... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
28 février 2008

Meure le vent !

Je n’aime pas le vent. Même les courants d’air, horreur absolue, ne détrônent pas le vent au royaume de mes hantises.Je n’aime aucun vent ; froid, chaud, doux, violent ; ni sirocco, ni ses frères. Donnez-moi des choses complexes à gérer, des conflits à désamorcer, des montagnes à déplacer, des deuils à assumer, tout vous dis-je, mais pas de vent s’il-vous-plait.Je me crispe au moindre souffle, je réveille mes vieilles douleurs, je réactive mes torticolis, j’invente des maux de têtes non-répertoriés.Rien n’y fait.... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
20 février 2008

Les femmes sont plus belles dans les aéroports

Les femmes sont plus belles dans les aéroports. Et les larmes plus chaudes aux portes des embarquements.Plus luxueux qu'un quai de gare, le Terminal livre sa fonction en disant son nom. Les portes coulissantes guillotinent les couples et séparent les passions. Coupleret.Exécution... publique.Place de Grève, souvent des grèves. Pour pendre l'heure, l'air est grave.La sentence est toujours la même. L'un s'en va et c'est souvent le même. L'autre reste et c'est souvent le même. L'un aime et le dit. L'autre le dit aussi.La foule... [Lire la suite]
Posté par claudiogene à 00:01 - - Commentaires [18] - Permalien [#]