Dans le langage courant, un égoïste, c’est quelqu’un qui pense d’abord à lui avant de penser aux autres.

Mais il y a des égoïstes qui se cachent derrière de grands et bons sentiments.

Belle générosité celle qui consiste à s’occuper des autres pour se donner bonne conscience !
Belle abnégation celle qui consiste à "se sacrifier" !
Cet égoïsme-là est bien pire que tous les autres.
Il triche. Il se cache, se déguise en vertu.

La première des générosités, le premier des altruismes, c’est de s’occuper de soi.

D’abord, cela évitera aux autres d’avoir à le faire. Et c'est déjà pas mal.
Ensuite, quand on aura fait son propre bien, on aura force, ressources et équilibre en quantité suffisante pour aider au bien des autres.

Nombreuses sont les raisons d’aller aveuglément participer à des actions humanitaires, associatives,  politiques ou que sais-je encore. A commencer par la culpabilité renvoyée par la société si on n'est pas "engagé". Ca part d’un bon sentiment, mais la motivation est un peu "adolescente".
Derrière se cache souvent le refus, la peur de s’occuper du cœur de sa maison, de faire l’introspection nécessaire destinée à Être. Être pour mieux servir.

C’est le premier des boulots. C’est l’important.
Pour l’urgence, on verra plus tard.

Comment peut-on bien s'occuper des autres si on ne s'est pas trouvé, si on n'est pas en paix avec soi ?

Faisons les choses dans l'ordre. On pourra être plus efficace pour son prochain. Et attention, hein, faut lui apprendre à pêcher, et par mauvais temps surtout, pas seulement lui filer du poisson.

Je l’ai fait ,volontairement, court, olé olé et péremptoire ce billet. Pas pour provoquer mais pour bousculer, donc avancer et faire avancer.

4 liens sur des billets précédents en rapport :
Important/urgent
L’égoïsme
L'individualisme :  à 3,50 m
L’individualisme est un humanisme