Je vous ai déjà parlé ici de ma déception lorsque j’appris qu’une connaissance amicale apparaissait sur la liste des appareils, et, dissidente du bon sens, c’est-à-dire la liste du Parti Socialiste à Nice.
Après quelques tentatives de rapprochements et de on-fait-comme-si-de-rien-n’était, il semble que cette connaissance ait compris et elle fait désormais moins sonner mon téléphone. Affaire réglée, j’espère.

Aujourd’hui, il se passe autre chose : Plus question de connaissance amicale, il s’agit d’un Ami (et la majuscule a bien sa place) qui s’engage dans la campagne municipale sur une liste qui n’est pas celle que je soutiens.
Moi, qui aie peu d’amis, peu de connaissances et n’appartient à rien ni à personne, je me demande, modestement et avec amusement, si ma fréquentation ne pousse pas les autres à l’engagement politique, comme s’ils faisaient ce que je ne sais pas faire.
Ce serait presque romantique, voire psychanalytique, comme idée, si ceux dont je parle ici n’allaient rejoindre d’autres rangs. Ils le font exprès, pour m'embêter, c'est sûr.

Plus sérieusement, je n’y suis pour rien, ils sont adultes et font ce qu’ils veulent.

Revenons à cette seconde déclaration. Mon Ami a décidé de rejoindre une liste qui se présente comme « 100% de gauche et 100% écologiste » ; jusque là, tout le monde, ou presque, peut le dire. De plus près, c’est une liste soutenue par la LCR, les Alternatifs, etc… Bon, vous avez compris, c’est l’extrême-gauche. Et, selon moi, ils rajouteraient 100% archaïques, ça ne choquerait personne.

Je n’en fais pas une affaire. C’est sympathique le folklore et ce n’est même pas dangereux pour les affaires sérieuses. Et puis, quoi qu'il en soit, sur ce coup-là, je suis TSA (ça veut dire Tout Sauf Allemand –c’est la tête de liste PS)

Je me prépare de belles discussions avec Mon Ami ; j’en frétille d’avance.

Je vais avoir un peu de mal, parce que je suis taquin, à ne pas forcer le trait sur les clichés. Ce sera pour la forme.
Sur le fond, je suis viscéralement hostile à leurs idées et à leurs méthodes. Je n'aime pas ces gamineries, ces semblants d’humanisme, ces bons sentiments, cette rigidité, cette exaltation bête, ces slogans primaires et cette violence pour soi-disant contrer une autre violence.

Un mois d’éveil passionné. Et dire que certains se plaignent parce qu’on est toujours en période électorale ; moi, j’en redemande, c’est passionnant… Je veux des élections tout le temps. (je viens d’apprendre que je revoterai en avril… aux législatives italiennes)

Je conclue car j’ai décidé de reprendre la liste de mes amis, histoire d’imaginer les surprises à venir. (il se dit que le FN va présenter une liste à Nice… au point où on en est…)