C'est à la suite du meurtre de sa compagne par un déséquilibré à la Chandeleur 1975 que Julos Beaucarne écrit cette nuit-là une lettre ouverte :

« C’est la société qui est malade. Il nous faut la remettre d’aplomb et d’équerre, par l’amour, et l’amitié, et la persuasion. Sans vous commander, je vous demande d’aimer plus que jamais ceux qui vous sont proches. Le monde est une triste boutique, les coeurs purs doivent se mettre ensembles pour l’embellir, il faut reboiser l’âme humaine. »


Chanson pour Loulou

T’es partie sur l'coup d’une heure
En février, à la chandeleur
Et l'hiver à repris vigueur
Au fond d'mon coeur
Et l'hiver à repris vigueur
Au fond d'mon coeur

Je suis resté seul sur le pont
Avec nos deux p'tits moussaillons
Il parait qu'on t'a vu passer
Dans les pays de l'autre côté
Il parait qu'on t'a vu passer
Dans les pays de l'autre côté

Ceux qui l'ont dit en ont menti
Car quand le soir est doux ici
Je sens ton sourire qui revient
Et la caresse de ta main
Je sens ton sourire qui revient
Et la caresse de ta main

Je sens que tu es tout contre moi
Que ta fraîcheur pénètre en moi
Que tu me dis dedans l'oreille
Des mots d'amour doux comme le miel
Pourtant des fois quand j'y pense pas
Je m'dis que j'te reverrai pas
J't'entends alors rire aux éclats
De l'aut' côté de la paroi
J't'entends alors rire aux éclats
De l'aut' côté de la paroi

Il est des amis du Québec
Qui te parlent parfois le soir
En même temps t'es à Carpentras
A Méthamis et à Java

La mort fait voyager son monde
Tu vas plus vite que le son
T'es partout sur la terre ronde
T'es devenue une chanson
T'es partout sur la terre ronde

T'es devenue une chanson


un autre très beau texte de Julos Beaucarne dit par son ami, Claude Nougaro.